Tout ce que vous devez savoir pour vous débarrasser des mauvaises herbes au jardin:

Par technique de désherbage

 
 

Plantains

Plantain
Les plantains forment des coupes de feuilles plaquées contre le sol, étouffant le gazon et les autres plantes à proximité. Ils font partie des mauvaises herbes prolifiques.

EN SAVOIR +

 

Désherbage thermique

Désherbage thermique

DÉSHERBER AVEC UN BRÛLE-HERBE
 
Le désherbage thermique est une technique adaptée aux espaces dégagés. On utilise pour cela un brûle-herbe, encore appelé désherbeur thermique, qui permet de donner un coup de chaud aux mauvaises herbes pour les affaiblir.

 

Le principe de désherbage à la flamme n'est pas de brûler les mauvaises herbes, mais deprovoquer un choc thermique (800°C); une forte élévation de température provoque l’éclatement des cellules végétales et le flétrissement des feuilles. La plante s’épuise alors à tenter de repartir. Si on laisse la flamme bruler les feuilles, cela revient à couper la partie aérienne de la plante en laissant les racines et la plante risque fort de repartir. Cette technique convient en particulier au désherbage des cours et des allées, mais elle peut aussi s’appliquer au potager.
 
 

SOUVENT DEUX PASSAGES

Un désherbage thermique parfait réclame généralement deux passages à quelques jours d’intervalle. Le premier affaiblit la mauvaise herbe, le second lui est fatal. Certaines plantes tendres ou peux développées périssent au premier passage. C’est le cas du gaillet gratteron, des géraniums sauvages, du séneçon ou de la véronique, par exemple. En revanche, pour les plantes vivaces comme le liseron, le pissenlit, il faudra répéter les passages car les racines ne seront pas atteintes. L’idéal est de compléter le désherbage avec un couteau à désherber pour supprimer les racines. 
 

LES LIMITES DU DÉSHERBEUR THERMIQUE

 
L'efficacité est moindre sur les herbes trop développées, et la chaleur réactive les graines du sol qui entrainera leurs germinations.
Il ne faudra surtout pas l’utiliser sur les zones inflammables, comme sur les terrasses en bois, porches de caillebotis ou de broussailles…. et faire très attention lors de son utilisation à ne pas se brûler.
Cette technique nécessite l’utilisation de gaz qui est une énergie fossile non renouvelable, et rejette du CO² lors de sa combustion.